Giorno G18 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … il MARE e le ONDE (foto scattata a SAN VINCENZO, Livorno) 💕

– pour la version française, lire plus bas –

27 marzo 2020 – 27 marzo 2021

Dopo tanti giorni … DENTRO … oggi vorrei portarvi … FUORI … non solo con gli OCCHI ma anche e soprattutto con i SENSI …

Sentire il VENTO che ci scompiglia i capelli, o la PIOGGIA che ci bagna i vestiti, o la NEVE che ci ghiaccia le mani, o il SOLE che ci brucia la testa, oppure ancora …

… le ONDE che ci sbattono contro …

Il MARE, attraverso le sue profondità misteriose, i pericoli che nasconde, la sua vastità e la sua grande FORZA ha da sempre affascinato l’uomo… sicuramente un po’ impaurito … ma non per questo … l’uomo è restato a TERRA …

Lo scrittore Cesare Pavese ci lascia una bella riflessione :

« Quale mondo giaccia al di là di questo mare … non so … ma ogni mare ha un’ALTRA riva … e io … vi arriverò » …

Vi auguro dunque di ascoltare le onde del mare … esse montano… crescono… cambiano le cose … poi … tutto torna come prima … anche se non è più la stessa cosa … perché … comunque … siamo approdati … OLTRE …

— — —

Jour J18 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

la MER et les VAGUES (San Vincenzo, Livourne, Italie)

27 mars 2020 – 27 mars 2021

 

Après tant de jours DEDANS, aujourd’hui j’aimerais vous emmener DEHORS, non seulement avec les YEUX mais aussi et surtout avec les SENS.

Sentir le vent qui nous décoiffe, ou la PLUIE qui nous mouille les vêtements, ou la NEIGE qui nous gèle les mains, ou le SOLEIL qui nous brule la tête, ou encore …

… les VAGUES qui nous heurtent dans leur mouvement d’énergie inarrêtable …

La MER avec ses profondeurs mystérieuses, les dangers qu’elle cache, son immensité et sa grande FORCE a toujours fait peur aux hommes. Mais, tout en étant fascinés par elle, les hommes ne sont pas restés à terre et ils se sont confrontés sans cesse dans une sorte d’aventure individuelle où les navigateurs figure de héros …

L’écrivain Cesare Pavese nous laisse une belle réflexion :

« Quel monde repose au-delà de cette mer … je ne sais pas … mais chaque mer a un AUTRE rivage … et moi … j’y arriverai » …

Je vous souhaite donc d’écouter les vagues de la mer : elles montent, elles grandissent, elles changent les choses … puis, tout revient comme avant, même si ce n’est plus la même chose : car, de toute façon, nous somme arrivés … ailleurs …

 

Giorno G19 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … la FORESTA di ABETI BIANCHI e ROSSI a CAMALDOLI, Arezzo💕

– pour la version française, voir plus bas –

28 marzo 2020 – 28 marzo 2021

La parola Toscana evoca in generale … colline … città d’arte … Rinascimento … borghi … cantine di ottimo vino …

Ma c’è anche un’altra Toscana, dove gli alberi si stagliano alti e fitti verso il cielo, le acque scorrono fresche, i boschi sono abitati da volpi, cervi e caprioli e l’uomo, presente da secoli, ha lasciato il segno con pievi, castelli, villaggi in pietra e monasteri.

Questa Toscana, fuori dalle classiche rotte e immagini, si trova all’estremo nord-est della regione, al confine con l’Emilia Romagna, ed è racchiusa nel Parco Nazionale delle Foreste Casentinesi.

In particolare, nei pressi dell’eremo di Camaldoli e del suo monastero, ci si trova immersi in una bellissima foresta di abeti bianchi e rossi … unica nel suo genere …

E nella QUIETE di questa foresta, potremmo  soffermarci a pensare a quello che sta accadendo … LÀ FUORI … nel mondo … e a come, in pochi giorni, TUTTO è cambiato per l’intera umanità …

Ma se pensiamo alla vita delle SINGOLE persone, alle storie personali e più intime della gente … quante volte succede questo … una malattia, un lutto, un incidente, una separazione, un fallimento … e ben altro ancora … e tutta l’esitenza crolla in un solo istante …

E allora è nella profondità del nostro essere che piano piano andiamo a cercare la FORZA e il CORAGGIO di affrontare la nuova situazione … che non abbiamo scelto, né voluto, ma che il destino ci ha messo sul nostro cammino …

È importante mantenere la fede … in noi stessi prima di tutto, ma e soprattutto nella VITA in generale … e, per coloro che hanno la fortuna di averne il dono, la fede in Dio.

La differenza tra la situazione che viviamo oggi e le situazioni personali di ognuno di noi è che OGGI riguarda TUTTI.

E, anche se la DIMENSIONE è senz’altro vertiginosa … ci fa sentire UNITI più che mai da un solo ed unico DESTINO …

… E permette di rendersi conto delle PRIORITÀ nell’esistenza di ciascuno di noi …

— — —

Jour J19 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

la FORÊT de SAPINS BLANCS et ROUGES à CAMALDOLI (Arezzo, Toscane, Italie)

28 mars 2020 – 28 mars 2021

 

Le mot Toscane évoque, en général, collines, villes d’art, Renaissance, bourgs et villages, vignobles et caves d’excellents vins.

Mais il y a aussi une autre Toscane, où les arbres se détachent hauts et épais vers le ciel, les eaux coulent fraîches, les bois sont habités par des renards, des cerfs et des chevreuils, et l’homme, présent depuis des siècles, a laissé sa marque avec des églises paroissiales, des châteaux, des villages en pierre et des monastères.

Cette Toscane, en dehors des routes et des images classiques, se trouve à l’extrême nord-est de la région, à la frontière avec l’Émilie-Romagne, dans le Parc National des Forêts du Casentino.

La forêt est la dimension la plus authentique du parc. En particulier, près de l’Ermitage de Camaldoli et de son Monastère, on se retrouve dans une belle forêt de sapins blancs et rouges, unique en son genre, aux arbres comme des colonnes qui font plus de 40 mètres de hauteur …

Et dans la TRANQUILLITÉ de cette forêt, on pourrait s’attarder à penser à ce qui se passe … LÀ DEHORS … dans le monde … et comment, en quelques jours, TOUT a changé pour toute l’humanité …

Mais quand on pense à la vie des gens, aux histoires personnelles et intimes de chaque individu… combien de fois ça arrive… une maladie, un deuil, un accident, une séparation, un échec… et bien plus encore… et tout s’effondre en un instant…

Et alors c’est dans la profondeur de notre être que on va lentement chercher la FORCE et le COURAGE de faire face à la nouvelle situation … que on n’a ni choisi ni voulu, mais que le destin a mis sur notre chemin …

Il est important de maintenir la foi … en nous-mêmes avant tout, mais et surtout dans la VIE en général … et, pour ceux qui ont la chance d’en avoir le don, la foi en Dieu.

Et même si la DIMENSION est certainement vertigineuse … on se sent UNIS plus que jamais par un seul et unique DESTIN …

… et permet de se rendre compte des PRIORITÉS dans l’existence de chacun de nous …

 

Giorno G17 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … NAPOLI e SPACCANAPOLI 💕

– pour la version française, voir plus bas –

26 marzo 2020 – 26 marzo 2021

Oggi vorrei offrire una finestra su qualcosa di vivace, chiassoso, animato, pieno di gente …

Napoli e … SPACCANAPOLI … questo antico decumano che non smetterà mai di stupire ed emozionare per la sua storia, che risale a oltre 2800 anni fa.

Il suo patrimonio è fatto di chiese, strade, mercati, tradizioni artigianali e palazzi storici, che, seppur di diversi periodi storici, convivono armoniosamente tra loro.

Spaccanapoli è una strada che SEMBRA DIVIDERE in DUE Napoli: parte in alto, dai Quartieri Spagnoli, e arriva al quartiere popolare di Forcella.

Vista dall’alto, in particolare da San Martino, un FORTE che domina la città dalla collina del quartiere Vomero, Spaccanapoli si impone come una LINEA di DEMARCAZIONE della città.

Camminare lungo questa via, oltre che ad immergersi nella storia di Napoli, ci permette di incontrare il CUORE della città e della napoletaneità più autentica, fatta di PERSONE, COLORI, ODORI e SAPORI.

E poi come non ricordare la «strada dei PASTORI» in cui i maggiori artisti del presepio napoletano espongono le loro opere.

Oggi, dopo oltre due secoli, il PRESEPE è una delle espressioni artistiche più identitarie del popolo napoletano. Napoli si specchia nei suoi presepi. La città, attraverso le opere presepiali, riflette sull’attualità, interpreta la realtà e restituisce un’idea di comunità … ogni anno sempre nuova e unica nel suo genere.

Napoli è anche … CANZONI … Sono tante, sono belle, alcune allegre … altre più malinconiche … una in particolare, mi piace ricordare … stasera … ed è …

VOCE ‘E NOTTE …

… a voi di … cantarla con me …

Si ‘sta voce te scéta ‘int’ ‘a nuttata,
Mentre t’astrigne ‘o sposo tujo vicino…
Statte scetata, si vuó’ stá scetata,
Ma fa’ vedé ca duorme a suonno chino…
Nun ghí vicino ê llastre pe’ fá ‘a spia,
Pecché nun puó’ sbagliá ‘sta voce è ‘a mia…
E’ ‘a stessa voce ‘e quanno tutt’e duje,
Scurnuse, nce parlávamo cu ‘o « vvuje ».

Si ‘sta voce te canta dint »o core
Chello ca nun te cerco e nun te dico;
Tutt »o turmiento ‘e nu luntano ammore,
Tutto ll’ammore ‘e nu turmiento antico…
Si te vène na smania ‘e vulé bene,
Na smania ‘e vase córrere p’ ‘e vvéne,
Nu fuoco che t’abbrucia comm’a che,
Vásate a chillo… che te ‘mporta ‘e me?

Si ‘sta voce, che chiagne ‘int’ ‘a nuttata,
Te sceta ‘o sposo, nun avé paura…
Vide ch’è senza nomme ‘a serenata,
Dille ca dorme e che se rassicura…
Dille accussí: « Chi canta ‘int’a ‘sta via
O sarrá pazzo o more ‘e gelusia!
Starrá chiagnenno quacche ‘nfamitá…
Canta isso sulo… Ma che canta a fá?!… »

Vi auguro … oggi … la GIOIA del canto …

— — —

Jour J17 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

NAPLE et “SPACCANAPOLI” (Italie)

26 mars 2020 – 26 mars 2021

 

Aujourd’hui, j’aimerais vous offrir une fenêtre sur quelque chose de vif, bruyant, animé, plein de gens.

Naples et SPACCANAPOLI, ancien tracé du decumanus inférieur, qui divise la ville entre le nord et le sud, ne cesse jamais d’étonner et d’émouvoir par son histoire, qui remonte à plus de 2800 ans.

Son patrimoine est constitué d’églises, de rues, de marchés, de traditions artisanales et de palais anciens, qui, bien que de différentes périodes historiques, cohabitent harmonieusement.

Vue du belvédère de la Chartreuse de San Martino, ou du château Sant’Elmo, qui dominent la ville depuis la colline du quartier Vomero, Spaccanapoli s’impose comme une ligne de démarcation.

Marcher le long de cette rue, outre à s’immerger dans l’histoire de Naples, nous permet de rencontrer le COEUR de la ville et de la « NAPOLITANITÀ » plus authentique (c.à.d., la qualité, la condition, l’être et se sentir napolitain), faite de PERSONNES, COULEURS, ODEURS et SAVEURS.

Là se trouve la rue des CRÈCHES, dont sa notoriété a dépassé les frontières nationales, où les artisans, véritables artistes, fabriquent à la main, depuis des siècles, des figurines pour décorer la crèche.

Aujourd’hui, après plus de deux siècles, la CRÈCHE est l’une des expressions artistiques les plus identitaires du peuple napolitain. Naples se reflète dans ses crèches. La ville, à travers ces œuvres, réfléchit sur l’actualité, interprète la réalité et restitue une idée de communauté, chaque année toujours nouvelle et unique en son genre.

Naples est aussi représentée par ses CHANSONS. Elles sont nombreuses, elles sont belles, certaines gaies, d’autres plus mélancoliques. J’aimerais en rappeler une en particulier aujourd’hui :

« VOCE ‘E NOTTE » (une voix dans la nuit)

… à vous, de la chanter avec moi …

« Si ‘sta voce te scéta ‘int’ ‘a nuttata … Mentre t’astrigne ‘o sposo tujo vicino… Statte scetata, si vuó’ stá scetata … Ma fa’ vedé ca duorme a suonno chino … Nun ghí vicino ê llastre pe’ fá ‘a spia … Pecché nun puó’ sbagliá ‘sta voce è ‘a mia … E’ ‘a stessa voce ‘e quanno tutt’e duje … Scurnuse, nce parlávamo cu ‘o « vvuje » … … … »

(Si cette voix te réveille dans la nuit … Pendant que tu te serres à ton époux … Reste éveillée, si tu le veux vraiment … Mais fais semblant de dormir profondément … Ne va pas à la fenêtre pour voir … Parce que tu ne peux pas te tromper, c’est ma voix … La même voix de quand nous … Timidement, on se vouvoyait encore … )

https://www.youtube.com/watch?v=Hxu1lvbMhmU

 

Giorno G16 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … ROMA e il colonnato di SAN PIETRO 💕

– pour la version française, voir plus bas –

25 marzo 2020 – 25 marzo 2021

Il signor Alberto è un distinto signore di 85 anni … nato all’ombra del CUPOLONE di San Pietro … nel vicino rione  Borgo di Roma …

È molto fiero della sua … ROMANITÀ … ma lo è ancor più … delle sue RADICI che, attraverso il tempo, lo legano alla ROMA ANTICA … potrebbe parlarvi ore intere sulla STORIA di Roma …

Primogenito di una numerosa fratellanza, ha vissuto la GUERRA in prima persona … ancora BAMBINO … ha conosciuto precocemente e prematuramente il significato di privazione … di razionamento … di disperazione … di paura … di morte …

Ma, come tutti i bambini sono capaci di fare, anche la gioia dei giochi … soprattutto in casa … e la felicità per quel CIOCCOLATO distribuito in scatole metalliche per le strade … quel giorno nei primi di giugno … simbolo di un nuovo inizio … di un rifiorire della vita …

Nei suoi racconti di quel periodo, il signor Alberto ha sempre cercato di nascondere o minimizzare l’angoscia e la disperazione … che pur dovevano essere presenti quotidianamente …

… perché, come molti della sua generazione, ha voluto PROTEGGERCI dagli orrori della guerra … e farci crescere in un mondo MIGLIORE …

Oggi vorrei rendere OMAGGIO a loro … vecchia generazione … che ci hanno permesso di crescere in questo mondo … in un’epoca di PACE e PROSPERITÀ … che … quando tutto sarà passato … continueremo a fare anche NOI … anche per LORO …

E come usa dire in questi giorni di confinamento obbligato … LONTANI … ma UNITI …

… un po’ come le COLONNE del grandioso porticato che delimita la Piazza San Pietro … su cui si affaccia la « finestra » di oggi … capolavoro di GianLorenzo Bernini, non solo di ARTE ma anche di TECNICA.

Abbandonando le precedenti proposte di una pianta rettangolare o quadrata, il Bernini adottò la forma OVOIDALE … con un duplice arco di cerchio a fiancheggiare uno spazio rettangolare.

In questo modo riusciva a garantire alla PIAZZA tutti gli effetti suggestivi di una pianta ellittica … senza incorrere in altri problemi.

Ognuno dei due emicicli è composto da un porticato a QUADRUPLICE fila di gigantesche colonne in marmo TRAVERTINO delimitanti tre corsie. Le colonne sono equidistanti tra loro, grazie all’accorgimento di aumentarne il DIAMETRO man mano che, dalla fila più interna, si va a quella più esterna.

La prova della PERFEZIONE tecnica raggiunta sta in due DISCHI di pietra posizionati nella pavimentazione della piazza con la scritta « CENTRO del colonnato ».

Ponendo i piedi su uno di loro, si ha l’impressione che il relativo emiciclo – destro o sinistro a seconda dei casi – sia composto non da quattro, ma da un’unica FILA di colonne.

Nel complesso, il RISULTATO è quell’immagine di solennità ed eleganza grandiosa e spettacolare che rende questa piazza … UNICA al mondo.

— — —

Jour J16 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

ROME et la COLONNADE de la place SAINT-PIERRE (Italie)

25 mars 2020 – 25 mars 2021

 

Monsieur Alberto est un homme distingué de 85 ans, né à l’ombre du « CUPOLONE », comme les Romains appellent familièrement la coupole de Saint-Pierre, dans le quartier « Borgo » de Rome.

Il est très fier de sa « ROMANITÉ », mais il l’est encore plus de ses RACINES qui, à travers le temps, le lient à la ROME ANTIQUE. Il pourrait vous parler des heures entières de l’histoire de Rome.

Premier-né d’une famille nombreuse, il a vécu la GUERRE en première personne.

Encore ENFANT, il a connu précocement et prématurément le sens de la privation… du rationnement… du désespoir… de la peur… de la mort…
Mais, malgré tout, comme seuls les enfants savent le faire, aussi la JOIE des jeux, et, par-dessus tout, le BONHEUR pour le chocolat distribué dans des boîtes métalliques dans les rues lors de la libération de Rome par les troupes américaines, symbole d’un nouveau début, d’un refleurir de la vie.

Dans ses récits de cette période, Monsieur Alberto a toujours essayé de cacher ou minimiser l’angoisse et le désespoir, qui devaient pourtant être présents dans ces jours sombres.

Car, comme beaucoup de personnes de sa génération, il a voulu nous protéger des horreurs de la guerre, et nous faire grandir dans un monde MEILLEUR.

Aujourd’hui, j’aimerais rendre HOMMAGE à cette génération, qui nous a permis de grandir à une époque de PAIX et PROSPÉRITÉ, en nous montrant l’exemple pour continuer à le faire nous aussi … pour eux aussi.

Et, comme il aime le répéter durant ces jours de confinement obligé : « LOINS … mais UNIS ! »

Un peu comme les COLONNES de deux portiques qui délimitent la Place Saint-Pierre, sur lesquelles s’ouvre la « fenêtre » d’aujourd’hui : chef-d’œuvre de Gianlorenzo Bernini, non seulement d’un point de vue artistique mais aussi d’un point de vue technique.

Abandonnant les propositions précédentes d’un plan rectangulaire ou carré, Bernini adopta la forme OVOÏDE avec un double arc de cercle à flanquer un espace rectangulaire, en garantissant ainsi à la place tous les effets suggestifs d’une plante elliptique.

Chacun des deux hémicycles est composé d’un portique à quatre rangées de gigantesques colonnes pour créer 3 voies parallèles, une allée centrale et deux allées piétonnes sur les côtés.

Les colonnes en travertin sont équidistantes entre elles et leurs diamètres augmente au fur et à mesure que, de la rangée la plus interne, on va vers la plus externe.

La preuve de la PERFECTION technique se trouve dans deux DISQUES de pierre placés dans le pavage de la place avec l’inscription « CENTRO del colonnato » (centre de la colonnade).

En posant les pieds sur l’un d’eux, on a l’impression que l’hémicycle concerné, droit ou gauche selon le cas, est composé non pas de quatre, mais d’une seule RANGÉE de colonnes.

Dans l’ensemble, le RESULTAT est cette image de solennité et d’élégance grandiose et spectaculaire qui rend cette place UNIQUE au monde.

 

 

Giorno G15 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … SAN PIETRO in VOLTA (Venezia) e il tramonto in LAGUNA 💕

– pour la version française, voir plus bas –

24 marzo 2020 – 24 marzo 2021

San Pietro in Volta … o come dicono i Veneti … “San PIERO in Volta” … è una località del comune di Venezia, situata sull’isola di PELLESTRINA … che insieme al LIDO … separa la LAGUNA dal mare …

Piccoli borghi dalle CASE VARIOPINTE che si affacciano tutte in fila sulla laguna … giardini fioriti e orti … un paio di ristorantini dove assaggiare la verace cucina lagunare … spiagge sabbiose frequentate solo dagli isolani … un tranquillo LUNGOMARE per le passeggiate … e quaranta ettari di riserva naturale protetta : questa è l’isola di Pellestrina … SOTTILE lingua di terra SOSPESA per 11 chilometri fra mare Adriatico e laguna.

Ed in questo ANGOLO NASCOSTO della laguna, quasi un rifugio degli amanti dei luoghi appartati, si possono ammirare dei TRAMONTI unici e spettacolari in LAGUNA.

Vi offro oggi questo luogo di … SILENZIO … di PACE …

E queste due parole … mi fanno pensare alla bellissima poesia dello scrittore Max Ehrmann (1927), « Desiderata », che riporto qui di seguito … per chi non la conoscesse …

« PASSA tranquillamente tra il RUMORE e la FRETTA … e ricorda quanta PACE può esserci nel SILENZIO.

Finché è possibile e senza doverti abbassare, sii in buoni rapporti con tutte le persone.

Dì la verità con calma e chiarezza ed ascolta gli altri, anche i noiosi e gli ignoranti: anche loro hanno una storia da raccontare.

Evita le persone volgari ed aggressive: esse opprimono lo spirito.

Se ti paragoni agli altri, corri il rischio di far crescere in te orgoglio ed acredine, perché ci saranno sempre persone più in basso o più in alto di te.

Gioisci dei tuoi risultati così come dei tuoi progetti.

Conserva l’interesse per il tuo lavoro, per quanto umile: è ciò che realmente possiedi per cambiare le sorti del tempo.

Sii prudente nei tuoi affari, perché il mondo è pieno di tranelli.

Ma ciò non accechi la tua capacità di distinguere la virtù; molte persone lottano per grandi ideali e dovunque la vita è piena di eroismo.

Sii te stesso.

Soprattutto non fingere negli affetti e neppure sii cinico riguardo all’amore; poiché a dispetto di tutte le aridità e disillusioni esso è perenne come l’erba.

Accetta benevolmente gli ammaestramenti che derivano dall’età, lasciando con un sorriso sereno le cose della giovinezza.

Coltiva la forza dello spirito per difenderti contro l’improvvisa sfortuna.  Ma non tormentarti con l’immaginazione. Molte paure nascono dalla stanchezza e dalla solitudine.

Al di là di una disciplina morale, sii tranquillo con te stesso.

Tu sei un figlio dell’universo, non meno degli alberi e delle stelle: tu hai il diritto ad essere qui.  e che ti sia chiaro o no, non vi è dubbio che l’universo ti si sia schiudendo come dovrebbe.

Perciò sii in pace con Dio, comunque tu lo concepisca e qualunque siano le tue lotte e le tue aspirazioni conserva la pace con la tua anima pur nella rumorosa confusione delle vita.

Con tutti i suoi inganni, i lavori ingrati ed i sogni infranti, è ancora un mondo stupendo.

Fai attenzione. Cerca di essere felice. »

— — —

Jour J15 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

SAN PIETRO in VOLTA et le coucher de soleil sur la LAGUNE de Venise (Italie)

24 mars 2020 – 24 mars 2021

San Pietro in Volta … ou comme le disent les vénitiens … « San PIERO in Volta » … est l’une de deux centres habités de l’île de PELLESTRINA, un cordon littoral qui, avec le LIDO, sépare la LAGUNE de Venise de la mer Adriatique …

De petits bourgs avec des MAISONS COLORÉES qui donnent sur la lagune… jardins fleuris et potagers … quelques restaurants où l’on peut goûter la véritable cuisine lagunaire … des plages de sable fréquentées uniquement que par les habitants de l’île … un front de mer tranquille pour les promenades …  et quarante hectares de réserve naturelle protégée : c’est l’île de Pellestrina … étroite bande de terre de 11 kilomètres de long entre mer et lagune.

Et dans ce beau coin caché, abri idéal pour les amoureux des endroits isolés, on peut admirer des COUCHERS DE SOLEIL uniques et spectaculaires sur la LAGUNE.

Je vous offre aujourd’hui le SILENCE et la PAIX de ce lieu, où il est possible d’oublier le temps présent, en plongeant dans une atmosphère suspendue et intemporelle.

Et dans cette atmosphère de contemplation, je pense à « Desiderata », un poème d’inspiration spirituelle puissant pour les temps difficiles, écrit par Max Ehrmann en 1927.

« Reste CALME au milieu du bruit et de l’impatience, et souviens-toi de la PAIX qui découle du SILENCE.

Autant que tu le peux, mais sans te renier, sois en bons termes avec tout le monde.
Dis ce que tu penses, clairement, simplement ; et écoute les autres, même les simples d’esprit et les ignorants : eux aussi ont leur histoire à raconter.

Évite les gens grossiers et agressifs ; ils ne sont que tourments pour l’esprit.

Ne te compare à personne : tu risquerais de devenir vain ou vaniteux, car il y aura toujours quelqu’un de plus grand ou de plus petit que toi.

Jouis de tes projets aussi bien que de tes accomplissements.

Sois toujours intéressé à ton métier, aussi modeste soit-il : c’est un bien précieux en notre époque trouble.

Sois prudent dans tes affaires, car le monde est plein de fourberies.

Mais que ceci ne te rende pas aveugle à ce qu’il y a de beau ; bien des gens luttent pour un idéal et, partout sur la Terre, on fait preuve de courage.

Sois toi-même, surtout dans tes affections.

Fuis par-dessus tout le cynisme en amour, car il est, en dépit de toute stérilité du cœur et de désenchantement de l’âme, aussi éternel que l’herbe.

Permets-toi de t’enrichir de l’expérience des ans, en renonçant avec grâce à ta jeunesse.

Affermis-toi pour faire face aux malheurs de la vie. Mais ne te chagrine pas avec des chimères : bien des peurs prennent naissance dans la fatigue et la solitude.

Au-delà d’une discipline saine, sois doux avec toi-même.

Tu es un enfant de l’univers, tout comme les arbres et les étoiles : tu as le droit d’être ici.
Qu’il te soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il devrait.

Sois en paix avec Dieu, quelle que soit en toi son image.
Et quels que soient tes peines et tes aspirations, au milieu du désarroi bruyant de la vie, garde la paix dans ton âme.

En dépit de ses faussetés, de ses ingratitudes, de ses rêves brisés, le monde est tout de même merveilleux.

Sois positif et attentif aux autres. Et tâche d’être heureux.»

Giorno G14 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … il CERVINO e la storia della sua CONQUISTA💕

– pour la version française, voir plus bas –

23 marzo 2020 – 23 marzo 2021

La « finestra » di oggi offre uno scorcio su una delle montagne più famose e più note delle nostre Alpi … il CERVINO … a simboleggiare tutte le montagne non meno BELLE che ognuno di noi ha nel proprio cuore.

Oltre alla BELLEZZA, la montagna ci manda da sempre il SUO messaggio : qualunque cosa succeda … credi in te … e vai AVANTI …

E ci offre un grande regalo : il CORAGGIO … con esso, nessuna roccia sarà impervia da scalare…

Vi auguro … dunque … CORAGGIO e RESISTENZA …

E soffermandomi a pensare al Cervino, non posso non pensare alla STORIA della sua CONQUISTA … che ho letto, raccontata da Sylvain Jouty, nel libro « Le roman du Cervin »…

Il Cervino era una cima praticamente sconosciuta … fino a quando, nel 1860, due uomini cominciarono la sfida per conquistarla : Edward WHYMPER, estroverso alpinista inglese, e Jean-Antoine CARREL, introversa guida valdostana.

Quando Whymper vide il Cervino per la prima volta ne rimase ammaliato. In Val d’Aosta, contattò Jean Antoine Carrel, anch’egli interessato all’impresa, per organizzare la spedizione.
I due, però, non riuscirono a trovare un accordo. Tra i due personaggi, così diversi, l’uno chiuso montanaro, orgoglioso e fervente nazionalista, l’altro estroverso, appassionato di arrampicate e straniero, si instaurò una sorta di competizione.

Seguirono cinque anni di lotte, tentativi e fallimenti durante i quali la montagna venne lentamente conquistata dai due alpinisti … ma … restava sempre INVINCIBILE …

… Fino al 14 luglio 1865, quando il Cervino venne salito per la prima volta dal versante SVIZZERO, da una cordata guidata da Edward Whymper e da Michel Croz con altri 5 compagni, per la via che è oggi la salita NORMALE svizzera.

Dalla vetta videro la squadra italiana guidata da Carrel, che si trovava alcune centinaia di metri più in basso. Carrel riconobbe Whymper proprio mentre con altri compagni di cordata tentavano la salita alla vetta dal ben più DIFFICILE versante italiano … ma, preso dallo sconforto per aver visto l’avversario in vetta, si ritirò.

Pochi giorni dopo, il 16 luglio, Jean-Antoine Carrel con tre compagni di cordata ripartì per la vetta dal versante italiano, lungo la Cresta del Leone. Arrivò in vetta il 17 luglio seguendo una variante di quella che oggi è la via normale ITALIANA.

Una SFIDA avvincente, sulla quale molto è stato scritto e raccontato, che ancora oggi affascina e ispira alpinisti e storici di tutto il mondo … e NON SOLO …

— — —

Jour J14 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

le CERVIN et l’histoire de sa CONQUÊTE (Suisse, Italie)

23 mars 2020 – 23 mars 2021

 

La « fenêtre » d’aujourd’hui s’ouvre sur une des montagnes les plus célèbres et les plus connues de nos Alpes … le CERVIN … symbole des toutes les autres montagnes que chacun de nous porte dans son cœur, territoire mystérieux et à priori inaccessible, qui depuis toujours fascine et déclenche les PASSIONS HUMAINES.

Point de rencontre entre CIEL et TERRE, en plus de la BEAUTÉ, la montagne nous envoie SON message éternel : quoi qu’il arrive… crois en TOI … et AVANCE … Et elle nous offre un grand cadeau : le COURAGE … de se surpasser, d’affronter les éléments et de tester ses limites …

Je vous souhaite … donc … COURAGE et RÉSISTANCE …

Et en admirant le Cervin, je pense à l’HISTOIRE de sa CONQUÊTE … racontée par Sylvain Jouty dans le livre « Le roman du Cervin »…

Le Cervin était un sommet presque inconnu… jusqu’à quand, en 1860, deux hommes se lancèrent le défi de sa conquête : Edward WHYMPER, jeune alpiniste anglais, et Jean-Antoine CARREL, guide valdôtain.

Lorsque Whymper vit le Cervin pour la première fois, il en «tomba amoureux». Il se mit en contact avec Jean-Antoine Carrel, lui aussi intéressé à tenter l’exploit de l’escalader, pour organiser l’expédition.

Ils ne parvinrent pas à se mettre d’accord. Entre les deux personnages, si différents, l’un montagnard renfermé, fier et fervent nationaliste, l’autre extraverti, passionné d’escalade et étranger, s’établit une véritable compétition.

Ils s’ensuivirent cinq années de luttes, tentatives et échecs durant lesquelles la montagne fut lentement conquise par les deux alpinistes … mais … elle restait toujours invincible…

… Jusqu’au 14 juillet 1865, lorsque le Cervin fut attaqué pour la première fois du versant SUISSE, par une cordée conduite par Edward Whymper et Michel Croz avec 5 autres compagnons, par la voie qui est aujourd’hui la VOIE NORMALE suisse.

Du sommet, ils virent l’équipe italienne conduite par Carrel, qui se trouvait quelques centaines de mètres plus bas. Carrel reconnut Whymper alors qu’avec d’autres compagnons de cordée ils tentaient la montée au sommet par le bien plus difficile versant italien … Mais, pris par le découragement de voir son adversaire au sommet, il se retira.

Quelques jours plus tard, le 16 juillet, Jean-Antoine Carrel, avec trois compagnons de cordée, attaqua à nouveau le versant italien, le long de la Crête du Lion. Il arriva au sommet le 17 juillet, par une voie qui est devenue aujourd’hui la voie normale ITALIENNE.

Un DÉFI passionnant, sur lequel beaucoup a été écrit et raconté, qui encore aujourd’hui fascine et inspire alpinistes et historiens du monde entier … et PAS SEULEMENT …

Giorno G13 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … un CAMPO di GRANO ed il PAPAVERO ROSSO (foto scattata tra NYON e GINEVRA) 💕

– pour la version française, lire plus bas –

22 marzo 2020 – 22 marzo 2021

Oggi vorrei offrire uno SGUARDO su qualcosa di RARO, STRANO e BELLO … come un papavero ROSSO in mezzo ad un campo di GRANO … la gioia delle piante … il seme che germoglia … la vita che si rinnova dalla terra …

Festeggiare insomma … l’inizio della PRIMAVERA …

Vi auguro … la dolce MALINCONIA di un giardino che riposa in inverno e che, dopo mesi di attesa, mostra i piccoli verdi segnali della PRIMAVERA …

Vi auguro … la bellezza del SILENZIO … il tepore del SOLE … il fresco del VENTO … la quiete forza della TERRA … l’AMORE che risiede nelle radici profonde delle cose …

E poi … non posso non pensare, guardando questo campo di grano, all’incontro del PICCOLO PRINCIPE con la VOLPE … nel famoso libro di Antoine de Saint-Exupéry.

« Che cosa vuol dire addomesticare? »

« È una cosa da molto dimenticata. Vuol dire CREARE dei legami… »

« Creare dei legami? »

« Certo », disse la volpe. « Tu, fino ad ora, per me, non sei che un ragazzino uguale a centomila ragazzini. E non ho bisogno di te. E neppure tu hai bisogno di me. Io non sono per te che una volpe uguale a centomila volpi.

Ma se tu mi addomestichi, noi avremo bisogno l’uno dell’altro. Tu sarai per me UNICO al mondo, e io sarò per te unica al MONDO. » […]

« Poi, guarda! Vedi, laggiù in fondo, dei CAMPI di GRANO ?

Io non mangio il pane e il grano, per me è inutile. I campi di grano non mi ricordano nulla.

E questo è triste!

Ma tu hai dei CAPELLI color dell’ORO.

Allora sarà meraviglioso quando mi avrai addomesticato.

Il grano, che è dorato, MI FARÀ PENSARE a TE …

E amerò il rumore del VENTO nel grano… » […]

Così il piccolo principe addomesticò la volpe. E quando l’ora della partenza fu vicina:

« Ah! » disse la volpe, « piangerò ». […]

« Ma allora che ci guadagni? » chiese il piccolo principe.

« Ci guadagno … il COLORE del GRANO ».

— — —

Jour J13 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

un CHAMP de BLÉ et le COQUELICOT ROUGE (NYON, Suisse)

22 mars 2020 – 22 mars 2021

 

Aujourd’hui, j’aimerais vous offrir un REGARD sur quelque chose de RARE, ÉTRANGE et BEAU … comme un coquelicot ROUGE au milieu d’un champ de BLÉ … la joie des plantes … la graine qui germe… la vie qui se renouvelle sans cesse de la terre…

Fêter tout simplement le début du PRINTEMPS…

Je vous souhaite … la douce MÉLANCOLIE d’un jardin qui se repose durant l’hiver et qui, après des mois de somnolence, montre les petits signes verts du PRINTEMPS …

Je vous souhaite … la beauté du SILENCE … la chaleur du SOLEIL … la fraîcheur du VENT … la force douce de la TERRE … l’AMOUR qui réside dans les racines profondes des choses…

Et puis… je ne peux pas m’empêcher de penser, en regardant ce champ de blé, à la rencontre du PETIT PRINCE avec le RENARD… dans le célèbre livre d’Antoine de Saint-Exupéry.

« Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ? »

« C’est une chose trop oubliée. Ça signifie « créer des liens… » »

« Créer des liens ? »

« Bien sûr » dit le renard. « Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi UNIQUE au monde. Je serai pour toi UNIQUE au monde… » […]

« Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les CHAMPS de BLÉ ?

Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien.

Et ça, c’est triste !

Mais toi, tu as des CHEVEUX couleur d’OR.

Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé !

Le blé, qui est doré, ME FERA SOUVENIR de TOI.

Et j’aimerai le bruit du VENT dans le blé… » […]

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :

« Ah! » dit le renard… « Je pleurerai. » […]

« Alors tu n’y gagnes rien ! »

« J’y gagne à cause de la COULEUR du BLÉ. »

Giorno G12 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … TAORMINA e una TERRAZZA sul CIELO (Messina) 💕

– pour la version française, voir plus bas –

21 marzo 2020 – 21 marzo 2021

Taormina, la Perla dello Jonio … e la Sicilia, una terra sempre affascinante.

Una terra dove aria, acqua, fuoco e terra hanno dato vita ad un’alchimia di bellezza, colori, sapori e accoglienza.

Milena Privitera, nata a Taormina, ed autrice del libro « La Sicilia nel cuore », scrive :

« La Sicilia è DONNA.

DONNA … come la leggenda che narra … che abbia preso il nome da una giovinetta, figlia di un re del Libano, al quale era stato predetto che, compiuti 16 anni, sarebbe stata divorata da un terribile mostro. Per salvarla, il padre la mise in una barca e la lasciò andare in balìa delle onde che la portarono in un’isola meravigliosa.

La Sicilia è DONNA, come la testa della Gorgone, che è il simbolo della sua bandiera, e come le tante donne che ogni giorno in SILENZIO, con grande dignità, studiano, lavorano, accudiscono i propri figli e portano avanti la cultura dell’uguaglianza, del rispetto e della reciprocità. »

E questa TERRAZZA fotografata a Taormina … apre una finestra sul … CIELO …

Ognuno di noi potrebbe fermarsi a GUARDARE il cielo … IMMENSO, INFINITO … esso è DAPPERTUTTO …

E proprio per questo … ci fa sentire PARTE di un TUTTO …

FERMARSI a guardarlo … senza pensare a null’altro …

Il CIELO che guardiamo noi … la LUNA, le STELLE … sono gli stessi elementi che possono osservare i nostri VICINI, i nostri AMICI, le persone SCONOSCIUTE e quelle che vivono LONTANE da noi.

Il cielo può UNIRCI … come nessun’altra cosa.

— — —

Jour J12 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

TAORMINE, et une TERRASSE vers le CIEL (Messine, Italie)

21 mars 2020 – 21 mars 2021

 

Taormine, la Perle de la mer Ionienne… et la Sicile, une terre toujours fascinante.

Un lieu où le feu, l’air, l’eau et la terre ont donné vie à une alchimie de beauté, de couleurs, de saveurs et d’accueil.

Milena Privitera, née à Taormine, et auteur du livre « La Sicilia nel cuore » (La Sicile dans le cœur), écrit :

« La Sicile est « DONNA » (femme).

« DONNA », comme la légende qui raconte qu’elle a pris le nom d’une jeune fille, fille d’un roi du Liban, à qui il avait été prédit que, à l’âge de 16 ans, elle serait dévorée par un terrible monstre. Pour la sauver, son père la mit dans une barque, et la laissa à la merci des vagues qui l’amenèrent sur une île merveilleuse.

La Sicile est « DONNA », comme la tête de la Gorgone, qui est le symbole de son drapeau.

La Sicile est « DONNA », comme les nombreuses femmes qui chaque jour, dans le SILENCE, avec une grande dignité, étudient, travaillent, prennent soin de leurs enfants, et poursuivent la culture de l’égalité, du respect et de la réciprocité. »

Et cette TERRASSE, photographiée à Taormine … ouvre une fenêtre sur le … CIEL …

Chacun de nous pourrait s’arrêter à REGARDER le ciel … IMMENSE, INFINI … il est PARTOUT …

On se sent COMME une seule ÂME …

S’ARRÊTER et REGARDER … sans penser à rien d’autre…

Le CIEL que nous regardons… la LUNE, les ETOILES… sont les mêmes que pour nos VOISINS, nos AMIS, les personnes que nous ne connaissons pas, et celles qui vivent LOIN de nous.

Le ciel peut NOUS UNIR … comme aucune autre chose.

 

Giorno G11 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … PIOMBINO, e PIAZZA BOVIO (Livorno) 💕

– pour la version française, lire plus bas –

20 marzo 2020 – 20 marzo 2021

Piazza Bovio a Piombino è una splendida terrazza protesa sul mare, che l’abbraccia su tre lati.

E’ intitolata ad un libero pensatore, Giovanni Bovio, uomo risorgimentale votato all’idea di un MONDO … GIUSTO …

Da qui, si può ammirare gran parte dell’Arcipelago toscano … anzi … pare quasi che voglia unire il continente alle isole circostanti …

Quanti tramonti si possono guardare da questa Piazza … o quante stelle ammirare la notte … ascoltando in silenzio il rumore del mare e dei gabbiani … …

E se poi la guardi da un’altra prospettiva, magari nascosto dietro un’AGAVE in fiore, ti pare davvero che questa piazza … sia come un PONTE apparso sul mare …


« M’affaccio alla FINESTRA, e vedo il MARE :
vanno le stelle, tremolano l’onde.

Vedo stelle passare, ONDE passare:
un guizzo chiama, un palpito risponde.

Ecco sospira l’acqua, alita il vento:
sul mare è apparso un bel PONTE d’argento.

Ponte gettato sui laghi sereni,
per chi dunque sei fatto e DOVE meni? »
(di Giovanni Pascoli)


Oggi un pensiero … per portarci … OLTRE …

— — —

Jour J11 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

PIOMBINO, et la place BOVIO (Livourne, Italie)

20 mars 2020 – 21 mars 2021

 

La place Bovio à Piombino est une belle terrasse avancée sur la mer, qui l’entoure sur trois côtés. Elle est dédiée à un penseur libre, Giovanni Bovio, homme du « Risorgimento » (période historique de l’unification italienne), qui a passé sa vie à poursuivre ses IDEAUX de JUSTICE …

Elle offre une vue magnifique sur une grande partie de l’archipel toscan … ou plutôt … il semble vouloir relier le continent aux îles environnantes …

Combien de couchers de soleil on peut admirer de cette place … ou combien d’étoiles observer la nuit … en écoutant en silence le bruit de la mer et des mouettes …

Et si on la regarde sous un autre angle, peut-être caché derrière une AGAVE en fleur, il vous semble vraiment que cette place … soit comme un PONT apparu sur la mer …

 

« M’affaccio alla FINESTRA, e vedo il MARE :  
« Je regarde par la FENÊTRE, et je vois la MER :

vanno le stelle, tremolano l’onde.
les étoiles s’en vont, les vagues vacillent.

Vedo stelle passare, ONDE passare:
Je vois des étoiles passer, des vagues passer :

un guizzo chiama, un palpito risponde.
un petit mouvement appelle, un frémissement répond.

Ecco sospira l’acqua, alita il vento:
Voici, l’eau soupire, le vent souffle :

sul mare è apparso un bel PONTE d’argento.
un beau pont d’argent est apparu au-dessus de la mer.

Ponte gettato sui laghi sereni,
Pont jeté à travers les lacs sereins,

per chi dunque sei fatto e DOVE meni? » 
pour qui es-tu fait donc, et OÙ mènes-tu? »

(de Giovanni Pascoli)

 

Aujourd’hui une pensée … pour nous emmener … PLUS LOIN …

 

n.d.a. – la traduction du poème est faite à seul titre d’une majeur compréhension du lecteur

Giorno G10 : Una finestra per chi non può uscire … oggi su … COLLODI, e il PARCO di PINOCCHIO (Pistoia) 💕

– pour la version française, lire plus bas –

19 marzo 2020 – 19 marzo 2021

Oggi … 19 marzo … festa del PAPÀ in Italia …

Mi è venuto da pensare ad un papà … particolare … un papà che sentiamo un po’ di tutti noi … a GEPPETTO, il papà di Pinocchio.

E la finestra di oggi si affaccia così sul PARCO di PINOCCHIO, a Collodi, in provincia di Pistoia.

Una targa al suo ingresso ricorda l’inizio di uno dei libri più famosi nel mondo : « Le avventure di Pinocchio » di Carlo Collodi.

 « C’era una volta … – Un re ! – … diranno subito i miei piccoli lettori. – No, ragazzi, avete sbagliato. C’era una volta un PEZZO di LEGNO. … »

A dire il vero, Geppetto fa pensare più ad un … NONNO … che ad un papà … ma alla fine l’uno è poi anche l’altro … e quindi … va bene lo stesso …

Un nonno … FALEGNAME … lo immagino con delle grandi mani … muscolose e forti … capaci di trasformare informi pezzi di legno … in mobili, lampade o altro oggetto d’arredamento … con abilità e passione … immagino il profumo dei trucioli e della segatura nel suo laboratorio, i progetti disegnati a matita appesi alle pareti, i tavoli da lavoro, ognuno con la sua specialità, per tagliare, piallare, piegare, questa materia nobile e darle nuove forme …

Un nonno …il NOSTRO nonno … che con la sua grande mano ci porta, ancora bambini, a scoprire il mondo … con un pizzico di MAGIA … 

Un omaggio oggi … non solo ai papà … ma anche e soprattutto ai NONNI … oggi più che mai FRAGILI e VULNERABILI …

— — —

Jour J10 : Une fenêtre pour qui ne peut pas sortir … aujourd’hui sur …

COLLODI, et le PARC de PINOCCHIO (Pistoia, Italie)

19 mars 2020 – 19 mars 2021

 

Aujourd’hui… 19 mars… fête des Pères en Italie…

Je pense à un papa en particulier … à un papa que nous connaissons tous … à GEPPETTO, le papa de Pinocchio.

Et la fenêtre d’aujourd’hui s’ouvre ainsi sur le PARC de PINOCCHIO, à Collodi, dans la province de Pistoia.

Une plaque à son entrée rappelle le début d’un des livres les plus célèbres du monde : « Les aventures de Pinocchio », écrit par Carlo Lorenzini, plus connu sous son nom de plume : Carlo Collodi.

« Il était une fois … – Un roi ! – … diront tout de suite mes petits lecteurs. – Non, vous vous êtes trompés. Il était une fois un MORCEAU DE BOIS ! … »

En fait, Geppetto fait plus penser à un GRAND-PÈRE, plutôt qu’à un papa … mais, finalement, l’un est aussi l’autre … et c’est donc un peu pareil …

Un grand-père MENUISIER … je l’imagine avec de mains très grandes … musclées et fortes … capables de transformer des morceaux de bois sans forme … en meubles, lampes ou tout autre objet d’ameublement … avec compétence et passion … J’imagine l’odeur des copeaux de bois et de la sciure dans son atelier, les projets dessinés au crayon accrochés aux murs, les tables de travail, chacune avec sa spécialité, pour couper, raboter, plier, cette matière noble et lui donner de nouvelles formes …

Un grand-père … peut-être le NÔTRE … qui, avec sa grande main, nous amène, encore enfants, à découvrir le monde … avec une pincée de MAGIE …

Un hommage aujourd’hui … pas seulement aux pères … mais aussi et surtout aux GRANDS-PARENTS … plus que jamais FRAGILES et VULNÉRABLES …